Jodi, toute la nuit


Quelques heures d’une nuit quelque part à N.Y.C.U.S.A. ou n’importe où dans un envers de ville, quelques heures de la nuit de Jodi la serveuse, d’Elridge le chanteur, et de beaucoup d’autres.
Des personnages par delà le bien et le mal, qui voient l’enfer dans le ciel, qui cherchent le ciel en enfer.

“Que cela vous plaise ou que cela ne vous plaise pas, que vous m’écoutiez ou que vous ne m’écoutiez pas, que vous me croyiez ou que vous ne me croyiez pas, chante Elridge, c’est un poème sur la liberté.”

C’est un livre sur la liberté des opprimés et des hors de compte, leur liberté par le geste et la parole, dans l’amour, la haine, la révolte, la violence. Et c’est un livre sur la liberté de l’écriture, qui met la littérature hors de ses gonds, mais prend le lecteur dans ses rêts. Que celui qui trouve ailleurs ce style, ce ton, cet univers… le signale à l’éditeur.
Gauthier de Villers