,

Racisme anti-Noirs


Entre méconnaissance et mépris

Depuis le XIVe siècle, le racisme envers les “Noirs” se caractérise davantage par le mépris que par la phobie. Les stéréotypes infantilisants à leur égard en sont une illustration éloquente.
Aujourd’hui, le silence médiatique, politique, académique et associatif assourdissant qui entoure l’“afro-phobie” s’inscrit donc dans une tradition de déni de reconnaissance, de marginalisation ou d’“invisibilisation” des “Noirs”. Il convient dès lors de se demander : Qui parle pour les “Noirs” ? Pourquoi l’“afro-phobie” est-elle une forme de racisme méconnue, jugée inoffensive, voire méprisée ? Par quels processus les voix des diasporas africaines sont-elles rendues inaudibles ?

Afin de répondre à ces interrogations, les auteurs ont rencontré 85 acteurs de la lutte antiraciste et leur ont soumis un questionnaire. L’analyse des résultats révèle une situation paradoxale : les antiracistes ont de très faibles connaissances sur l’histoire coloniale, ainsi que sur les réalités et les conséquences du racisme que subissent les Afro-descendants. Une méconnaissance qui interpelle compte tenu de la légitimité institutionnelle donnée à ces antiracistes “blancs” sur ces thèmes.

A la fois recherche de terrain et réflexion anti-paternaliste, ce livre est un outil indispensable qui passionnera à la fois les spécialistes et tous les citoyens soucieux de comprendre les racines du racisme.